partenaire presse officiel des

L'INFO EN CONTINU

Ces derniers jours

35 milliards pour les transports d’ile de France, combien pour les projets de province ?

Nicolas Sarkozy vient de présenter sa vision du « Grand Paris » avec à la clé un effort sans précédent sur les transports publics. 35 milliards d’euros y seront en effet consacrés sur douze ans dont 21 pour une rocade de métro automatique autour de la capitale.

Ce jeudi 30 avril à 11 h c’est Jean-Louis Borloo qui dévoilera les projets de transport en site propre de province retenus dans le cadre de l’appel à projet et la participation financière de l’Etat…  

Le président de la République a présenté le 29 avril son projet pour l’aménagement du Grand Paris. Le volet transport dont il chiffre la réalisation à 35 milliards d’euros ( 14 milliards de plus que les investissements prévus par les collectivités franciliennes)  consiste en une synthèse entre les projets programmés par la région Ile de France et le STIF et ceux dessinés par Christian Blanc, le secrétaire d’Etat chargé du développement de la région capitale. « Pour densifier le réseau existant, beaucoup d’idées sont sur la table, a détaillé Nicolas Sarkozy: prolongement de la ligne 14 s’arrêtant porte de Clichy et à Cardinet, prolongement d’Eole à Saint Lazare, liaison rapide entre Roissy et la Gare du Nord. Elles seront mise en œuvre le plus vite possible », tout comme le volet de modernisation du RER. La nouveauté consiste dans la création d’une ceinture de métro automatique de 130 kilomètres autour de Paris. Ce projet né des services de Christian Blanc reprend en partie le projet Arc Express de la Région ainsi que la variante développée par la RATP. Pour des raisons esthétique mais aussi économiques, le chef de l’Etat, souhaite que son tracé soit le plus souvent possible aérien. En fait il s’agirait d’une double boucle formant un “8“ avec une boucle à l’ouest reliant Orly, Saclay, Versailles La Defénse, SaintDenis/Pleyel qui, soit, continue vers la boucle est ( Roissy, Montfermeil Noisy, Villejuif) soit permet de traverser Paris pour gagner Orly. Si le chef de l’Etat est resté flou sur la maîtrise d’ouvrage, le mode de financement – il a évoqué les PPP, mais on s’acheminerait vers un marché classique-  ou l’exploitation, le dossier de presse distribué par l’Elysée indique que cette infrastructure consistera en une extension de la ligne 14. Il précise que « ce projet sera mené par une nouvelle entité publique de maîtrise d’ouvrage déléguée. Elle sera dirigée par l’Etat mais impliquera pleinement le STIF, la région Ile de France et les autres collectivités locales.

Cette entité conduira les études, lancera les appels d’offre et passera les marchés nécessaires à la construction du réseau. Elle sera créee par voie législative après concertation avec la région.( un projet de loi sera déposé à l’automne) et les grands élus concernés. A l’issue des travaux, elle remettra  l’ouvrage au STIF pour l’exploitation. Elle s’appuiera sur l’expertise technique de la RATP.» Mais rien ne dit qui exploitera la ligne.

Côté financement, il y a plus du nouveau qu’il n’y paraît. Dans son discours, Nicolas Sarkozy s’est contenté d’annoncer comme nouvelle ressource la taxation des plus value foncière autour des nouvelles gares. Mais dans le dossier de presse, l’Elysée annonce la création d’autres ressources, dont une partie était réclamée par le GART ou l’Ile de France : augmentation du versement transport, fiscalité locale dédiée, subventions de l’Etat, mais aussi augmentation de la part de l’usager dans le coût du billet.

 

Et la province ?

 

35 milliards pour les transports en ile de France l’effort est sans précédent. Surtout il semble enfin à la hauteur de l’enjeu des déplacements dans la région Capitale. Qu’on habite à Argenteuil dans le Val d’Oise à Mende en Lozère ou à Nice on ne peut que s’en réjouir.

La province de son coté attend de savoir quels seront les projets de transport en site propre qui bénéficieront d’une aide financière de l’Etat et quel sera le niveau de l’enveloppe. Jean Louis Borloo doit en effet dévoiler jeudi 30 avril les projets retenus dans le cadre du premier appel à projets lancé par son ministère. Une grande interrogation plane au dessus de cette annonce. 52 projets ont en effet été déposés par 42 agglomérations. Si tous étaient retenus l’enveloppe prévue à l’origine - 700 millions d’euros – ne serait pas suffisante. Il manquerait, selon les estimations du Gart, environ 300 millions d’euros. L’Etat adoubera-t-il l’ensemble des projets comme l’avait annoncé un peu hâtivement un communiqué du gart du 24 mars ? Et, dans ce cas, mettra-t-il un milliard dans la balance ou réduira-t-il les parts du gâteau ? Selon certaines sources il semblerait que le choix final soit un peu différent. Certains projets ont été retoqués ou renvoyés au second appel à projets qui sera lancé en 2010

Verdict ce jeudi 30 avril à 11 h boulevard St Germain au ministère des transports. Un indice pour connaître par avance les projets retenus. Les élus des agglomérations concernées ont été invités à assister à cette annonce…

 

Marc Fressoz et Robert Viennet

 

Les projets en lice (Source Gart) :

 -          38 agglomérations, 3 départements et une région ont déposé un ou plusieurs projet de transport en site propre, ce qui fait un total de 58 projets. Soit : 267 kilometres de tramway, 3 km de métro, 84 km de BHNS électrique, 191 km de de BHNS thermique, 0,60 km de funiculaire et une liaison maritime. Le tout représente 7 milliards de dépenses.

 -          Les collectivités concernée sont : Ain, Angers, Annemasse, Antibes,Bayonne, Besançon, Bordeaux, Brest, Cannes, Dijon, Grasse, Grenoble, La Rochelle, Le Havre, Le Mans, Lens, Lille, Lorient, Lyon, Marseille, Metz, Montpellier, Mulhouse , Nancy, Nice, Nimes, Orléans, Perpignan, Rennes, Reims, La Réunion, Rhône Alpes, Saint Brieuc, Saint Etienne, Saint Nazaire, Saint Julien en Genevoix, Strasbourg, Toulouse, Tours, Valenciennes

29 Avr. 09

Imprimer - Retour à la liste des infos